le nombre de SMS progresse de 10 milliards en un an

L’envoi du nombre de SMS en forte progression

Le revenu total des opérateurs de communications électroniques sur les marchés de gros et de détail s’élève au deuxième trimestre 2012 à 12,7 milliards d’euros (-4,3% sur un an). Sur le seul marché de détail, le revenu atteint 10,5 milliards d’euros en baisse de 3,4% sur un an.
Le revenu des services de communications électroniques sur le marché final (déduction faite des revenus annexes des opérateurs) est de 9,8 milliards d’euros en repli de 3,6% sur un an. Le trafic de téléphonie fixe et mobile (57,4 milliards de minutes) s’accroît de façon soutenue depuis deux trimestres (+2,5 milliards de minutes supplémentaires en un an, soit +4,6%) grâce au dynamisme du volume de téléphonie mobile.
Pour la première fois depuis 2007, celui-ci dépasse très nettement le trafic au départ des postes fixes (de deux milliards de minutes).  Le trafic de données sur les réseaux mobiles  poursuit sa croissance autour de +70% sur un an, le nombre de SMS progresse de 10 milliards en un an (45,7 milliards de messages, +28,8% sur un an). Le marché de détail se caractérise ainsi par une baisse des revenus en valeur, par une croissance des volumes et par une baisse tendancielle des prix*.

Les services sur réseaux fixes

Le nombre d’abonnements à un service de téléphonie fixe, 39,3 millions à la fin du mois de juin 2012, diminue de 1 à 2% en rythme annuel depuis le milieu de l’année 2010. Une proportion majoritaire et croissante (54%, soit 21,2 millions) correspond à des souscriptions à un service de voix sur large bande (VLB).
Cependant, le rythme d’accroissement annuel de ces souscriptions à la VLB (+1,6 million au deuxième trimestre 2012) s’est progressivement infléchi au cours des dernières années et ne compense plus le reflux du nombre d’abonnements téléphoniques sur des accès bas débit (-2,2 millions au deuxième trimestre 2012).
Ce reflux,  qui ne  concernait que les  lignes avec un unique abonnement RTC, s’applique aussi, depuis le milieu de l’année 2010, aux lignes  ayant  deux  abonnements téléphoniques (un sur le RTC et un en VLB) entrainant une érosion ininterrompue du nombre de lignes en dégroupage partiel ou en « bitstream ».
La baisse du nombre de doubles abonnements atteint 760 000  sur un an  au deuxième trimestre 2012 contre 600 000 auparavant. A l’inverse, le nombre de lignes fixes avec un unique abonnement en VLB est en progression constante (49% des lignes à fin  juin 2012, +7 points en un an). Le dégroupage total bénéficie de cette expansion continue de la VLB et atteint 9,5 millions de lignes (+1,2 million en un an).
Le nombre d’accès internet à haut et à très haut débit (ADSL, câble, fibre…) atteint 23,3 millions à la fin du mois de juin 2012. L’accroissement annuel du nombre de ces accès se fait toutefois depuis le début de l’année 2012 sur un rythme de 1,3 million, un peu inférieur à celui relevé sur les cinq trimestres précédents.
Les accès par le DSL (21,5 millions) représentent 95% des accès à haut débit et six de ces accès sur dix (soit 12,8 millions) sont couplés avec un service de diffusion de télévision. Le nombre d’accès à très haut débit augmente d’un peu plus de 200 000 abonnements en un an et atteint 760 000.
 Le revenu des services fixes (téléphonie fixe et accès à internet) s’élève à 3,9  milliards d’euros au deuxième trimestre 2012, en recul de 2,3% sur un an. Il se réduit depuis la fin de l’année 2010 en raison de l’érosion continue du revenu de l’ensemble des services fixes à bas débit (1,4 milliard d’euros en baisse de 15,1% sur un an au deuxième trimestre 2012).
A l’inverse, la croissance des revenus  du haut et très haut débit se poursuit depuis quatre trimestres sur un rythme de 6% à 8%, portant sa contribution dans l’ensemble du revenu des services fixes à 65% à fin juin 2012 (+5 points en un an).
L’ensemble du volume des communications fixes (téléphonie RTC et VLB, publiphonie et cartes) s’élève à 27,5 milliards de minutes au deuxième trimestre 2012 (-1,1% sur un an). Le volume de la VLB, 19,4 milliards de minutes au deuxième trimestre 2012, augmente de 1,8 3 milliard de minutes (après +2,9 milliards de minutes au premier trimestre).
La plus grande partie de la croissance est imputable à la forte augmentation du trafic VLB à destination des mobiles à la suite du lancement par les principaux opérateurs de forfaits incluant les appels illimités vers les mobiles. Ce  trafic  double quasiment par rapport à celui du deuxième trimestre 2011 (+83,3%).
La proportion totale des minutes de VLB dans l’ensemble des minutes émises au départ des postes fixes est identique à celle du premier trimestre (70%). Cette stabilité est constatée pour les communications quelle que soit la destination d’appel :  vers les postes fixes nationaux (66%), vers les mobiles (74%), vers l’international (88%). Néanmoins, sur un an, la proportion de VLB progresse pour toutes les destinations (+19 points pour les appels vers les mobiles). La baisse du trafic émis sur le RTC se fait sur un rythme constant d’un peu plus de deux milliards de minutes en moins par an sur les quatre derniers trimestres.

Les services sur réseaux mobiles

Le nombre de clients des services sur réseaux mobiles (nombre de cartes SIM en service) augmente de 4,5 millions en un an  et atteint 70,4 millions à la fin du deuxième trimestre 2012. Le taux de  pénétration, calculé comme le ratio du nombre de cartes SIM sur la population française, est de 107,9% à fin juin 2012.
L’arrivée  en janvier 2012  d’un quatrième opérateur de réseaux  mobiles, positionné uniquement sur le segment des abonnements post payés, a contribué à accélérer la croissance sur le marché des forfaits au détriment du marché des cartes prépayées. Il a également participé au  développement des offres forfaitaires libres d’engagement (un abonné sur quatre en juin 2012),  à la hausse des volumes  et  à  la baisse des prix des services mobiles.
La croissance annuelle du nombre d’abonnements « voix » ou « voix-data », qui oscillait entre +4,0% et +5,5% depuis plusieurs années, n’a jamais été aussi élevée (+8,6% en un an au deuxième trimestre 2012). Quant aux cartes prépayées, leur croissance annuelle est en recul sur les deux premiers trimestres de 2012 après trois trimestres consécutifs autour de 5%.
Une partie des consommateurs de cartes prépayées s’est orientée vers des forfaits sans  durée d’engagement et comprenant un volume d’utilisation des services (voix, SMS et data) et à des  tarifs inférieurs à ceux des cartes prépayées. Le nombre de numéros mobiles conservés par portage (4,1 millions) explose au premier semestre 2012 traduisant un fort mouvement de la clientèle mobile.
Plus de la moitié des clients actifs utilisent des services multimédias (33,4 millions en juin 2012). Le volume de données consommées par les clients sur leur téléphone mobile ou via les clés internet exclusives se monte à près de 22 000 téraoctets au deuxième trimestre 2012 (+68,6% en un an). La consommation de « data » via les clés internet représente 13% du volume global.
Télécharger le document de l’Observatoire des marchés des communications électroniques en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.